Press "Enter" to skip to content

L’opérateur de la Bourse de Paris Euronext rachète celle de Milan pour créer un champion européen

C’est une opération qui devrait permettre à l’exploitant boursier paneuropéen Euronext, qui gère la Bourse de Paris, mais aussi les places de Bruxelles, Amsterdam, Lisbonne, Dublin et Oslo, de changer d’échelle. Le groupe a annoncé, vendredi 9 octobre, qu’il allait débourser 4,3 milliards d’euros pour prendre le contrôle de sa concurrente de Milan, détenue depuis douze ans par l’opérateur de la Bourse de Londres, le London Stock Exchange (LSE). « Un vrai champion européen est né, pour s’affirmer dans l’Europe de l’après-Brexit. C’est un enjeu de souveraineté essentiel pour notre économie », a aussitôt salué le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune.

Cet accord vient finaliser des négociations exclusives en cours depuis la mi-septembre, après que les offres des opérateurs suisse SIX Group et allemand Deutsche Börse ont été écartées. Il constitue le dernier d’une série de fusions et de rachats parmi les places mondiales, en pleine concentration, pour, notamment, réaliser des synergies et réduire les coûts.

« L’Europe post-Brexit doit s’organiser pour avoir des structures de marché ayant la taille critique, pour financer les besoins en fonds propres des entreprises européennes, explique le patron d’Euronext, Stéphane Boujnah. D’autant que, dans un environnement de crise liée au Covid, il faudra recapitaliser nombre d’entreprises. » L’absorption de la Bourse de la troisième économie européenne permettait ainsi, selon lui, de « créer la colonne vertébrale de l’union des marchés de capitaux en Europe ».

28 des 50 valeurs de l’Euro Stoxx sur Euronext

Le groupe affirme qu’une fois l’opération réalisée, un quart des actions négociées en Europe le seront sur les marchés d’Euronext. Celui-ci deviendra le numéro un européen des introductions en Bourse et des marchés secondaires pour les actions. A l’avenir, 28 des 50 valeurs de l’Euro Stoxx, l’indice boursier répertoriant les principales entreprises européennes, seront cotées sur Euronext.

Le cœur de métier du groupe restera bien entendu la mise à disposition de plates-formes où les investisseurs peuvent échanger des produits financiers, mais cette acquisition va l’aider à poursuivre sa diversification, Borsa Italiana lui apportant également une chambre de compensation et la plate-forme de négociation des dettes souveraines MTS.

L’Italie deviendra alors la principale source de revenus d’Euronext, devant la France. La transaction va d’ailleurs s’opérer avec le soutien de la Caisse des dépôts italienne et de la banque Intesa Sanpaolo, qui entreront à son capital.

Il vous reste 46.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés. Lire à partir de la source….