Press "Enter" to skip to content

Monde post-Covid : « Développant une offre locale, les institutions spécialisées dans l’accueil de voyageurs ont promu une nouvelle forme de tourisme »

Tribune. L’irruption du Covid-19, à l’origine d’un bouleversement sans précédent pour l’ensemble du système touristique mondial, a eu paradoxalement un effet positif pour certaines destinations françaises qui ont manifesté là une capacité de résilience insoupçonnée en menant une politique de communication ambitieuse et inédite.

En cherchant à se renouveler, à un moment où la situation économique semblait la plus préoccupante pour la filière, ou tout du moins la plus hasardeuse, certaines villes, certains départements et régions métropolitaines ou extra-métropolitaines se sont lancés dans une campagne de promotion touristique nationale afin d’attirer voyageurs et devises, et d’envoyer un signal fort aux professionnels du secteur, qui peinaient encore à entrevoir le moindre signe de redémarrage de leur activité.

Profitant des limitations, voire des interdictions, à la mobilité touristique à l’échelle de l’Europe ou du monde, ces destinations ont adopté une stratégie plus efficace qu’originale, en diffusant des spots publicitaires télévisuels, des annonces radiophoniques ou en lançant une campagne numérique active sur les réseaux sociaux.

L’objectif affiché est de se faire connaître et, par la même occasion, de capter les flux touristiques en provenance d’espaces plus ou moins proches. Ainsi, depuis le déconfinement, près d’une cinquantaine d’institutionnels spécialisés dans l’accueil de voyageurs ont souhaité communiquer auprès des touristes français.

Parmi eux se trouvent des espaces touristiques peu habituées à se mettre en avant de façon aussi explicite – l’agence de développement touristique de l’Aude, la maison du tourisme de la Haute-Marne, l’office de tourisme de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay, le syndicat mixte de la baie de Somme, Vendée Expansion, Bourgogne-Franche-Comté Tourisme, le département du Gard, l’office de tourisme Tours-Val de Loire, etc. – qui ont souhaité se distinguer d’autres lieux urbains ou d’autres sites habituellement fréquentés durant la période estivale.

Grâce à cette stratégie, les acteurs chargés de ces espaces ont apporté directement leur soutien à l’industrie du tourisme, qui reste l’un des moteurs majeurs de ces territoires, mais ils ont aussi réaffirmé leur compétitivité en se positionnant dans le grand jeu concurrentiel des espaces touristiques, du moins à l’échelle nationale.

La très grande réactivité de ces institutions ainsi que les montants financiers dépensés – à titre d’exemple, plus de 700 000 euros ont été injectés par le seul département des Deux-Sèvres pour la création d’un clip de quelques secondes, en sus d’une campagne classique d’affichage et l’achat d’encarts dans des magazines nationaux – témoignent d’abord du poids du tourisme dans nos modes de vie, nos économies et nos territoires.

Il vous reste 56.34% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés. Lire à partir de la source….