Press "Enter" to skip to content

Commerces, services et lieux publics : ce qui ouvre et ce qui reste fermé à partir de samedi

L’épineuse question de la réouverture des commerces non essentiels sera-t-elle enfin réglée ? Après avoir acté le report du Black Friday, en concertation avec les représentants de la grande distribution, du commerce et du commerce en ligne, le gouvernement s’est engagé à faire un autre pas envers les petits commerçants.

Lors de son allocution mardi soir, Emmanuel Macron a en effet promis la réouverture de « tous les commerces et services à domicile » à compter de samedi 28 novembre 2020. Tous, vraiment ? On fait le point.

Ce qui rouvre à partir de samedi
• Les petits commerces et rayons de produits non essentiels

À un mois de Noël, bon nombre de commerçants peuvent souffler : ils pourront physiquement relever le rideau dès samedi « jusqu’à 21 heures au plus tard » et dans le respect d’un nouveau protocole sanitaire qui devrait être dévoilé dans les prochaines heures. Une nouvelle règle de limitation à l’intérieur des commerces devrait notamment être appliquée, fixant un client pour huit mètres carrés, contre quatre précédemment.

Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire a par ailleurs plaidé ce mercredi sur France Inter pour une ouverture des commerces tous les dimanches jusqu’à Noël.

Cette réouverture concerne l’ensemble des 200 000 petits commerces jugés « non essentiels », à savoir : les librairies, les salons de coiffure, les boutiques de prêt-à-porter (vêtements, chaussures), les bijouteries, les fleuristes, les magasins de jouets ou encore de décoration.

De même que les supermarchés et hypermarchés seront autorisés à rouvrir l’ensemble de leurs rayons (jouets, jardinerie, décoration, etc.).

À noter que l’attestation dérogatoire de déplacement reste obligatoire.

Le gouvernement ayant annoncé la réouverture d’une grande partie des commerces, les services à domicile interrompus pendant le confinement pourront eux aussi reprendre à partir de samedi.

Cela concerne donc les « prestations de services de confort », comme les coiffeurs, les esthéticiens, mais aussi les cours d’enseignement artistique ou de sport à domicile.

La communauté catholique faisait pression partout en France depuis plusieurs semaines pour réclamer le retour de la messe. Le chef de l’État l’a finalement annoncé mardi soir : « les offices seront à nouveau permis » dès le weekend prochain, mais dans la « stricte limite de 30 personnes ».
• Les bars et les restaurants

En dépit de leurs appels, les gérants de bars et de restaurants ne peuvent espérer une réouverture de leur établissement qu’à partir du 20 janvier, date de la troisième et dernière étape du déconfinement, et seulement « si le nombre de contamination demeure en dessous des 5 000 cas par jour », a renchéri le président.

Il en sera de même pour les salles de sport.

Les grands rassemblement demeurant interdits, les discothèques, les parcs d’attraction et les parcs d’expositions restent pour le moment fermés. Aucune date de réouverture n’a été avancée pour l’heure.
• Les lieux dédiés à la culture

Fermées elles aussi depuis le début du confinement, et souvent boudées depuis le début de la crise sanitaire, les salles de cinéma et de théâtre ne seront pas être accessibles avant la seconde étape du déconfinement, à savoir le 15 décembre. Il en sera de même pour les musées.

Toutes seront soumises à un protocole sanitaire strict. « Un système d’horodatage permettra d’organiser les représentations en fin de journée », a notamment détaillé Emmanuel Macron.

Suspendues aux annonces du chef de l’État, certaines des 350 stations de ski françaises avaient commencé à préparer la saison. Mais Emmanuel Macron l’a martelé : ces vacances de Noël ne seront pas comme les autres, il n’y aura donc pas de sport d’hiver pendant les fêtes.

Si l’ouverture des stations reste pour l’heure « impossible », elle pourrait intervenir « courant janvier ». « Des décisions seront prises prochainement », a conclu Emmanuel Macron.
• Les salles de classe au lycée et à l’université

Concernant les établissements scolaires, pas de changement en vue avant plusieurs semaines. « Les lycées, puis les universités, 15 jours plus tard, [ne] pourront reprendre les cours en présentiel », qu’à compter du 20 janvier, là encore si la situation sanitaire le permet.

Rien n’est encore figé : durant tout le processus de déconfinement, « un point sera fait sur la situation sanitaire tous les 15 jours« , a souligné le président de la République.

Ainsi, des « mesures supplémentaires d’ouverture pourront être annoncées » lors de ces points d’étape, de même que « des retours en arrière pourront être décidés » pour prévenir tout emballement de la propagation du Covid-19.

En attendant, le Premier ministre Jean Castex doit s’exprimer demain, jeudi 26 novembre 2020, pour détailler l’ensemble de ce plan économique et sanitaire. Lire à partir de la source….