Press "Enter" to skip to content

Le Val-de-Marne lance un QR code pour vendre les emplois francs sans stigmatiser

Le principe des emplois francs, qui consiste à encourager financièrement les entreprises qui recrutent des jeunes de quartiers populaires, est à double tranchant pour les candidats qui ont plutôt intérêt à valoriser leurs compétences. Pour faire de la pédagogie sans stigmatiser, la préfecture du Val-de-Marne a eu l’idée de créer un QR code, discret mais efficace. L’initiative était lancée ce lundi au Pôle Emploi de Sucy-en-Brie.

Le candidat peut ainsi se concentrer sur les mérites de sa candidature et simplement glisser le QR Code sur son CV. Le recruteur, lui, na plus qu’à scanner le code pour accéder directement à la page de présentation des emplois francs sur le site du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. Ce dispositif, qui offre des avantages financiers aux entreprises qui embauchent des jeunes issus de quartiers politique de la ville (QPV), a été renforcé depuis le 15 octobre jusqu’au 31 janvier 2021, dans le cadre du plan de relance. Durant cette période, les entreprises privées qui embauchent un jeune de moins de 26 ans en QPV) en CDI, bénéficient d’une aide de 17 000 euros sur trois ans (au lieu de 15 000 euros en temps normal), et de 8 000 euros pour un CDD de plus de 6 mois (contre 5 000 euros en temps normal).

“L’objectif est de ne pas gêner le jeune qui ne veut pas se vendre par rapport à son quartier mais par rapport à ses compétences, par rapport à lui-même”, motive Abdel-Kader Guerza, préfet délégué à l’égalité des chances en Val-de-Marne.

« Ça se voit sur notre tête »

“Pour les jeunes, c’est la double peine. On nous dit toujours qu’ils manquent d’expérience, et quand ils viennent de QPV c’est encore plus difficile”, abonde Samuel Nzé, salarié du pôle emploi, chargé des relations avec les entreprises. “Pour moi comme pour beaucoup de personnes qui habitent aux alentours, ça se voit sur notre tête qu’on habite dans un quartier”, confie un jeune du quartier de la Haie Griselle à Boissy-Saint-Léger. Les emplois francs, il trouve le principe intéressant mais craint une inégalité dans l’autre sens. “En scannant le QR code, l’employeur va m’embaucher mais il y aura peut-être des personnes plus compétentes que moi qui ne seront pas prises”, se demande-t-il. Ce lundi, il est venu avec trois autres suivre une séance de CV coaching.

Dans le Val-de-Marne qui compte 42 quartiers politique de la ville (10% de la population), 400 personnes bénéficient actuellement des emplois francs et l’enjeu est d’accélérer la cadence.

Lire :

Déjà 371 emplois francs de signés en Val-de-Marne

Extension des emplois francs : les annonces des ministres à Cachan

L’agence Pôle Emploi de Sucy-en-Brie, qui suit 7000 demandeurs d’emploi, compte par exemple 1100 jeunes de Sucy-en-Brie, Boissy-Saint-Léger, Limeil-Brévannes, Marolles-en-Brie, Villecresnes, Santeny, Périgny et Mandres-les-Roses. Deux nouveaux référents pour cette population ont renforcé l’équipe d’une quarantaine de salariés, sous la houlette de la directrice Céline Sautereau. Lire à partir de la source….