Press "Enter" to skip to content

Restaurants: «le moyen radical c’est de mettre tout le monde au chômage», selon Etchebest

D’après le chef étoilé, de nombreux restaurateurs envisagent cette option suite à l’annonce du maintien de leur fermeture jusqu’au 20 janvier. Il évoque «un climat de révolte».

«Je ne sais pas si on va tenir jusque-là». Le chef étoilé Philippe Etchebest tire à nouveau la sonnette d’alarme ce mercredi suite à l’annonce du maintien de la fermeture des restaurants jusqu’au 20 janvier. «Ça va faire 6 mois de fermeture en cumulé. C’est énorme. Pourquoi on est ciblés ? Stigmatisés ? C’est terrible. Tout le monde ne se relèvera pas. Il y aura énormément de restaurants qui vont fermer», prévient-il. «Le moyen radical c’est de mettre tout le monde au chômage», d’après lui.

À lire aussi :Les restaurateurs contestent leur fermeture devant le conseil d’État

Le chef, devenu l’un des porte-paroles de la profession, assure que de nombreux restaurateurs n’auront pas le choix, notamment en raison des congés payés qui s’accumulent pendant le chômage partiel. «Moi j’ai 60 employés et 900 jours de congés payés à payer. Ce n’est pas normal», insiste-t-il. «Les gens craquent. Il y a la faillite financière et morale. Des familles entières sont en difficulté. Beaucoup travaillent en couple avec leurs enfants. Ces familles sont en danger. C’est toute une vie de travail qui est perdue. C’est dramatique ce qui se passe et l’État doit en prendre conscience», explique le restaurateur.

«On rame tout le temps. On fait toujours le dos rond. Certains se noient, on regarde le bateau couler et on ne fait rien. C’est plus possible. Il y a un climat de révolte qui est en train de monter, je le vois dans les messages que je reçois tous les jours. On n’est pas conditionnés pour manifester, on l’a jamais fait. Mais c’est probable que ça va arriver. On va voir ce que les syndicats vont faire», menace-t-il.

À VOIR AUSSI – Déconfinement: les salles de sports et les restaurants pourraient rouvrir au 20 janvier, annonce Macron

Selon lui, les restaurants ne sont pas des cluster. «Mais pourquoi faire des différences entre restaurants d’entreprise, cantine et les restaurants ?», s’interroge-t-il. «Il n’y a pas de danger avec les protocoles sanitaires très stricts qui protègent clients et employés. Il fallait peut-être un coupable et c’est tombé sur nous». Philippe Etchebest rappelle que toute la filière est en danger, notamment les fournisseurs des restaurants. «En décembre, certains artisans font 40% de leur chiffre d’affaires pendant les fêtes. Ils vont faire quoi ? Il y aura des dommages collatéraux terribles».

Philippe Etchebest assure croire à «un avenir joyeux» même si cette crise sanitaire «laissera des traces». Il salue les nouvelles aides annoncées par le président de la République mardi soir mais appelle ce dernier à instaurer «un plan de survie». «Le plan de relance, on verra après». Lire à partir de la source….