Press "Enter" to skip to content

De Milan à Paris, le bijou pour homme prend du galon sur les podiums

Alors que LVMH vient de finaliser le rachat du diamantaire américain Tiffany & Co., la joaillerie poursuit son envolée. Ce secteur en pleine croissance, qui est l’un de ceux à avoir le mieux résisté à la crise liée à la pandémie, attire plus que jamais les maisons de luxe et s’invite désormais ouvertement dans la sphère masculine. En témoignent les nombreux défilés, de Milan à Paris, qui ont proposé des bijoux pour homme dans leur collection pour l’automne/hiver 2021-22.

Depuis quelques saisons déjà, le phénomène a le vent en poupe. Virgil Abloh a ouvert la voie avec sa propre marque Off-White, puis chez Louis Vuitton avec le lancement en juin 2019 de sa première collection de bijoux pour homme avec larges chaînes et chevalières monogrammées. Pour l’hiver prochain, le designer met l’accent sur les boucles d’oreille.

A la même période, la créatrice Yoon Ahn dévoilait ses premières créations joaillières pour Dior Men. En septembre dernier, c’était au tour de la marque de menswear Bikkembergs de diversifier son offre avec une ligne dédiée aux bijoux.

Avec cette nouvelle tournée de défilés, chaînettes, pendentifs, bracelets, bagues et autres talismans se sont fait remarquer sur les podiums, le bijou précieux devenant l’accessoire indispensable pour définir une allure masculine cool. Un accessoire d’autant mieux perçu, qu’il accompagne idéalement le phénomène no-gender désormais bien ancré dans le marché, ainsi que la volonté des marques de mettre en avant la diversité.

Chez Etro, plusieurs mannequins affichent ainsi pour l’hiver prochain des colliers ras du cou de perles ou en métal aux influences ethniques. Les colliers sont portés bien en vue sur une chemise ou un pull à col roulé également dans certains looks de Fendi ou d’Etudes, tandis que le styliste italien Federico Curradi préfère des chaînettes plus discrètes.

La marque japonaise Children of the Discordance opte quant à elle pour des parures en argent avec de gros colliers ethniques s’enfilant en double rangs autour du cou, ainsi que des bagues et bracelets, larges ou façon chaînes.

A signaler, en particulier les collections de bijoux inventives et très abouties de Han Kjøbenhavn et de Lagos Space Prorgamme. Le premier, le designer danois, a profité de cette Fashion Week pour se lancer sur ce segment avec une série de pièces gotiques futuristes, comme ces boucles d’oreille prothèses.

Pour sa part le créateur nigérian Adeju Thompson a présenté avec le prêt-à-porter de sa marque Lagos Space Programme une magnifique collection de bijoux et accessoires dorés, dont des pièces en bronze coulées dans un atelier au Bénin par un artisan mouleur, héritier de ce savoir-faire séculaire depuis plusieurs générations, en collaboration avec l’artiste suisse Dunja Herzog. Lire à partir de la source….