Press "Enter" to skip to content

Covid-19 : mal-logés, soignants, immigrés… Les populations les plus exposées au virus pendant la première vague

Habitants des quartiers pauvres ou de logements surpeuplés, soignants, ouvriers, immigrés : les profils des individus les plus contaminés par le Covid-19 sont révélateurs des inégalités de la société française. C’est ce que montre l’enquête de santé publique EpiCov, pilotée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm)* au printemps dernier, et publiée vendredi 9 octobre.

Premier enseignement de l’enquête : très peu de Français avaient attrapé le coronavirus Sars-CoV-2 à la sortie du confinement. Seuls 4,5% de la population âgée de 15 ans ou plus avaient des anticorps contre le Covid-19 au mois de mai. “On est très loin des 60% de l’immunité collective”, relève l’épidémiologiste Josiane Warszawski, codirectrice de l’enquête avec la démographe Nathalie Bajos. Au niveau régional, les taux vont de 1,5% en Bourgogne Franche-Comté à seulement 9,2% en Ile-de-France, un territoire pourtant durement frappé pendant la première vague.

Les adultes âgés de 30 à 49 ans ont les taux de contamination les plus élevés : 6,5% de positifs contre 1,3% chez les plus de 65 ans. “L’hypothèse selon laquelle les premiers, au cœur de la vie active, ont pu avoir plus de contacts pourrait expliquer ces résultats”, avancent les auteurs de l’enquête, en ajoutant qu'”à l’inverse, les personnes les plus à risque de développer une forme grave (…)
• “Je ne faisais que pleurer en silence” : obligées d’accoucher masquées, elles racontent leur traumatisme
• #PrioritéEmploi : en immersion dans un Ehpad avec une nouvelle aide-soignante
• Coronavirus : les universités sont particulièrement pointées du doigt
• Coronavirus : de nouvelles villes entrent en zone d’alerte maximale
• Coronavirus : le CNRS apporte des précisions sur la projection de postillons Lire à partir de la source….