Press "Enter" to skip to content

Italie, Belgique, Chine, États-Unis : peut-on organiser une fête privée malgré le Covid-19 ?

Organiser une grande fête dans un appartement : voilà un des symboles du monde d’avant le Covid-19. Après les restrictions dans les bars et les restaurants, les rassemblements privés sont à leur tour dans le viseur. Dans plusieurs villes françaises, désormais, la recommandation, c’est dix personnes maximum, même en famille ou avec des amis. Mais quelle est la règle hors de nos frontières ? Nous vous emmenons cette semaine dans une ruelle à Pékin, dans un appartement à Bruxelles, sur les toits de Rome et même sur la plage à Miami.

En Italie, où l’épidémie de coronavirus, contrairement à la France, n’est pas repartie pour le moment, on est très à cheval sur le masque. Il est recommandé et même vivement recommandé de le porter dans le cadre privé. Le champion des contrôles en la matière, est le président de la région de Naples, au sud du pays. La cible de Vincenzo De Luca : les jeunes fêtards. Il a notamment menacé ceux qui envisageaient de célébrer leur diplôme d’envoyer les carabiniers avec des lance-flammes. Celui que l’on surnomme “le shérif” appelle la jeune génération à observer un comportement aussi rigoureux qu’en février mars et avril derniers.

En Belgique, le tour de vis est plus sévère encore, sans doute parce que la situation se dégrade. De nouvelles restrictions radicales ont été mises en place cette semaine. Il faut désormais définir sa bulle (…)
• franceinfo conso. Et si le compteur Linky était un espion ?
• Covid-19 : les propos de Donald Trump sur un “remède” créent la confusion, selon un expert de la Maison Blanche
• Prix Nobel de la paix : le Programme alimentaire mondial des Nations unies récompensé
• Eurozapping : face au coronavirus, quelles mesures dans les autres pays ?
• Coronavirus : à quoi ressemble le patient type ? Lire à partir de la source….