Press "Enter" to skip to content

"Peindre pour ne pas les oublier" : Marjane Satrapi immortalise les femmes de son histoire dans une exposition

Il aura fallu attendre sept ans avant de pouvoir observer de nouveau les coups de pinceaux de la dessinatrice et réalisatrice Marjane Satrapi. En 2013, elle se révélait pour la première fois en tant que peintre dans une exposition consacrée à des portraits de femmes. La revoilà à la Galerie Françoise Livinec avec Femmes ou rien, du 9 octobre au 28 novembre, sa seconde exposition où l’artiste réussit (encore une fois) à nous surprendre.

Cette fois-ci, Marjane Satrapi abandonne les tons neutres et assume une palette bien plus vive et flashy, surfant sur les codes du Pop Art. “J’adore ce qui est clinquant et quand les couleurs crient. Dans ma première exposition, je n’avais pas encore assez d’assurance. Moi, les couleurs crème, j’ai toujours trouvé ça ennuyeux. Alors pour cette exposition, j’ai voulu montrer ce que j’aimais réellement : les couleurs”, confie-t-elle.

Si semblables et pourtant singulières : c’est ici que réside le mystère de ces brunes que Marjane Satrapi aime tant peindre. Le regard charbonneux, une chevelure noire qui contraste avec une bouche carmin et une cigarette à la main : il y a beaucoup d’elle dans ces portraits : “Je suppose que d’une façon ou d’une autre on se raconte toujours nous-même un (…)
• “Peindre, c’est revenir à l’origine de ce que j’ai aimé faire” : Marjane Satrapi célèbre la femme dans une exposition à Paris
• “Ma créativité vient de l’émotion que j’éprouve avec les gens” : le désarroi de Marjane Satrapi face au confinement et à la crise que traverse le cinéma
• “Radioactive” : Marjane Satrapi dresse un portrait féministe et nuancé de Marie Curie
• Marjane Satrapi revient au cinéma avec un biopic sur Marie Curie
• C’est mon week-end. Balade “street art” à Lurcy-Lévis, en Auvergne Lire à partir de la source….