Press "Enter" to skip to content

France: les anti-PMA de retour dans la rue contre le projet de loi bioéthique

En France, le collectif d’associations Marchons enfants a organisé des manifestations un peu partout dans le pays pour dénoncer le projet de loi de bioéthique qui doit être bientôt examiné par le Sénat. Parmi les mesures les plus contestées : l’accès à la PMA, la procréation médicalement assistée, pour les femmes seules et les couples de femmes.

Pour respecter les limites imposées, en cette période d’épidémie, plusieurs rassemblements ont eu lieu à Paris et sa banlieue. Place Vendôme, devant le ministère de la justice, plus d’un millier de personnes se sont réunies dans l’après-midi.

Une forêt de drapeaux rouges et verts s’agitent avec un seul slogan, « Liberté, égalité, paternité ». Beaucoup de manifestants sont venus en famille, nombreuse même. C’est une France blanche, bourgeoise et catholique qui s’est mobilisée ce samedi à Paris pour défendre des valeurs traditionnelles.

« On oublie qu’on fait partie d’une société entière dans laquelle il y a plusieurs idées et notamment des origines judéo-chrétiennes qui sont symbolisées par la famille qui semble de plus en plus mise à mal », confie un manifestant. « Tout le monde semble vouloir faire un pas en avant pour la nature mais à côté de ça on fait voter des lois qui vont totalement à l’encontre de la nature humaine », ajoute un autre.

Le projet de loi de bioéthique a beau avoir été voté en deuxième lecture par l’Assemblée nationale le 1er août dernier. Les manifestants ne désespèrent pas de faire évoluer le texte. « Il faut qu’au moins les gens prennent conscience que ce n’est pas parce que l’on a envie de quelque chose que c’est un dû, on ne peut pas dire “parce que j’ai envie de quelque chose, tout est permis” ».

Cette grand-mère, comme d’autres manifestants, dénonce une dangereuse dérive, évoquant aussi l’allongement du délai pour une intervention volontaire de grossesse, un autre texte en cours d’examen. Mais également la menace de l’autorisation de la GPA, soit le recours à une mère porteuse. Mesure en revanche, absente de tout projet législatif.

Répondant à l’appel du collectif d’associations Marchons Enfants, dont la Manif pour tous, les manifestants étaient 1 700 selon les organisateurs à Versailles, plusieurs centaines à Paris, Toulouse, Lille, Rennes, Bordeaux, Lyon, Clermont-Ferrand.

Des contre-manifestations se sont tenues dans plusieurs villes : à Rennes, Clermont-Ferrand, à Toulouse, où des policiers ont chargé avec gaz lacrymogène et matraques un groupe d’une vingtaine de militants LGBT positionnés sur le parcours de la Manif pour tous, ou encore à Lyon, où une centaine de militants LGBT et « antifas » ont brièvement tenté de troubler les prises de parole. Lire à partir de la source….