Press "Enter" to skip to content

Projet de loi “sécurité globale” : importante mobilisation contre le texte à Paris

Plusieurs rassemblements ont eu lieu cette après-midi à Lille et Paris pour dénoncer le projet de loi de “sécurité globale”. Au coeur des mécontentements, l’article 24 du texte qui a été adopté vendredi par l’Assemblée nationale. Celui-ci prévoit une sanction pénale en cas de diffusion malveillante d’images des forces de l’ordre. Selon le gouvernement, l’article ne doit pas porter préjudice au droit d’informer, mais de nombreux syndicats, journalistes et autres de collectifs de défense des droits de l’homme ont critiqué cette vision, samedi, place du Trocadéro à Paris.

>> Retrouvez Europe soir week-end en podcast et en replay ici

“Si on ne peut plus les filmer, c’est la porte ouverte à toutes les dérives”

La manifestation semble même avoir fédéré bien au-delà dans la capitale. Sur la place bondée, on retrouve bien sûr des syndicats de journalistes, mais aussi d’étudiants, ainsi que des mouvements écologistes et des gilets jaunes. C’est le cas de Nicolas, un habitué des manifestations. Pour lui, le droit de filmer les forces de l’ordre est fondamental. “Si on ne peut plus les filmer, c’est la porte ouverte à toutes les dérives ; les dérives de policiers qui prennent un malin plaisir à taper les gens pour un oui ou pour un non”, estime-t-il au micro d’Europe 1. “On voit depuis des années qu’il y a des actes absolument répréhensibles de la part de certains policiers.”

Les forces de l’ordre ont fait usage de canons à eau

De son côté, Florence est, elle, venue soutenir les jo… Lire à partir de la source….