Press "Enter" to skip to content

Comment la Fnac-Darty a surmonté les deux confinements

Les commerces non essentiels rouvriront le 28 novembre. C’est un soulagement pour les professionnels du secteur, y compris pour le groupe Fnac-Darty. Invité mercredi sur Europe 1, Enrique Martinez, le PDG du groupe, a fait le point sur les pertes liées aux deux confinements. Selon lui, “l’activité en ligne a explosé” pendant ces périodes, au détriment de la vente en magasin. Fnac-Darty a ensuite pu rebondir après le déconfinement au mois de mai.

Pendant le reconfinement, “les magasins sont restés ouverts à 65%, ce qui correspond à 35% du chiffre d’affaires potentiel pendant cette période”, a affirmé Enrique Martinez. Pendant le premier confinement, le groupe a connu “400 millions d’euros de pertes” sur la vente en magasin, a précisé par ailleurs le PDG. Entre ces deux périodes, “l’activité s’est bien portée et on a pu récupérer une bonne partie des pertes”.

Le click and collect, une aubaine pour Fnac-Darty

Ce qui a permis au groupe Fnac-Darty de se maintenir, c’est donc l’activité en ligne, qui représente “20 % du chiffre d’affaires du groupe”. “L’activité a explosé pendant le reconfinement parce que la vente en ligne a beaucoup progressé”, a assuré Enrique Martinez. Fnac-Darty s’est ainsi appuyé sur le click and collect, qui permet de retirer en magasin une commande passée en ligne. “Chez nous, des dizaines de milliers de produits sont disponibles en une heure”, s’est-il félicité, ajoutant que “nos magasins accueillent des dizaines de milliers de colis par jour issus des ventes en ligne”.

Mais Fnac-Darty reste dépendant de l’expérience en magasin. “Découvrir les produits, écouter un produit sur une enceinte, voir un appareil photo… Ça, vous ne le faites pas en ligne”, admet-il. Le PDG attend donc beaucoup de la période qui s’annonce. “L’activité est trop dépendante de la fin de l’année, donc on va voir l’impact en début d’année”, a-t-il expliqué. “On compte beaucoup sur les prochaines semaines, avec le report du Black Friday et l’activité des derniers jours avant Noël, qui compte beaucoup pour notre activité annuelle”, a-t-il précisé.

Le prêt garanti par l’État comme roue de secours

Pour surmonter ces deux confinements, Fnac-Darty a bénéficier d’un prêt garanti par l’État de 300 millions d’euros. “Ça nous a servi pour rassurer tout l’écosystème des partenaires et ça nous a permis aussi de construire nos achats de fin d’année”, ajoute Enrique Martinez. Selon lui, le groupe “n’a pas consommé” ce prêt. Mais il pourrait s’avérer utile prochainement. “Le point le plus bas, ce n’est pas aujourd’hui. Ça sera plutôt pendant les mois de janvier, février et mars”, prévoit le chef du groupe Fnac-Darty. Lire à partir de la source….