Press "Enter" to skip to content

DIRECT. Coronavirus : près de 6000 décès dans le monde recensés vendredi

11h56. Un juge texan s’oppose à la réduction des sites de vote par correspondance. Un juge américain bloque une décision du gouverneur du Texas réduisant le nombre de sites utilisés par les électeurs par correspondance à la présidentielle de novembre, une décision qui avait été contestée par les Démocrates. Dans un jugement publié vendredi à la suite d’une contestation des défenseurs du droit de vote, le juge fédéral Robert Pitman a bloqué cette décision, estimant qu’elle « restreint les droits de certains électeurs ». Le juge Pitman a ajouté que la décision du gouverneur forcerait les électeurs à se déplacer plus loin et attendre plus longtemps pour voter, ce qui augmenterait les risques d’exposition au virus. Il a également balayé les affirmations selon lesquelles cette décision réduirait les risques de vote illégal.

11h26. Assurance chômage : le gouvernement « ne renoncera pas au principe du bonus-malus ». Le gouvernement « ne renoncera pas au principe du bonus-malus sur les ruptures de contrats » dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage suspendue jusqu’au 1er janvier, déclare la ministre du Travail, Élisabeth Borne, dans un entretien au Figaro. « La crise est très dure et nous pousse à adapter certains paramètres à la situation économique pour limiter certains effets négatifs », explique notamment Élisabeth Borne dans cet entretien. « On a ouvert une discussion avec les partenaires sociaux sur les paramètres mais on ne renoncera pas au principe du bonus-malus sur les ruptures de contrats ni à celui de la refonte du calcul du salaire journalier de référence », tranche-t-elle.

11h19. Covid-19 : 27 Polynésiens retournent chez eux après sept mois loin de leurs îles. Vingt Pascuans bloqués à Tahiti et sept Tahitiens bloqués à l’Île de Pâques depuis l’arrêt des vols entre les deux îles, en mars, ont pu retourner chez eux jeudi (vendredi à Paris) dans un avion A400M de l’armée française. Le maire de l’Île de Pâques avait décidé, le 16 mars, d’interdire aux avions de se poser pour protéger son île du Covid-19. Pendant sept mois, les Pascuans ont vécu à Tahiti sans pouvoir travailler, faute de visa. Le virus ne circulant pas à l’Île de Pâques, les sept Polynésiens de retour à Tahiti n’ont pas à subir de quarantaine. Les vingt passagers revenus à l’Île de Pâques, eux, ont été isolés dans un hôtel pour deux semaines, avec une surveillance médicale quotidienne et des tests PCR avant leur sortie. Lire à partir de la source….