Press "Enter" to skip to content

Coronavirus : la proposition de loi qui veut vous payer 30 € par jour si vous respectez l’auto-isolement

l’essentiel Le groupe parlementaire Agir ensemble va déposer une proposition de loi pour mieux encadrer l’isolement des malades du covid-19 et leurs cas contacts. Parmi leurs mesures : verser une indemnité de 30 € par jour à ceux qui le respectent et une amende de 1 500 € à ceux qui ne le respectent pas.

“Nous devons être plus contraignants à l’égard de celles et ceux qui ont le virus.” C’est ce qu’a déclaré le président Emmanuel Macron lors de son allocution du 23 novembre. Jusqu’ici, l’auto-isolement d’une durée de sept jours repose sur la responsabilité individuelle, mais il arrive que certains malades, asymptomatiques ou présentant des symptômes légers, aillent quand même travailler ou continuent de voir leurs proches.

Comment alors assurer un encadrement plus strict de ce dispositif, tout en respectant le secret médical ? C’est un sujet de débat dans la majorité. Le groupe Agir ensemble (composé d’ex-députés LREM et UDI notamment) a annoncé qu’il va déposer une proposition de loi dès ce mercredi 25 novembre dans ce but.

Ces parlementaires veulent créer une incitation financière à respecter ces règles d’isolement pour les “personnes positives et définies comme cas contacts”, pour 14 jours au plus. Ils veulent mettre en place une indemnité de 30 € par jour, sur le modèle des indemnités journalières prévues en cas de congé maladie classique. Une compensation financière est également prévue pour les travailleurs indépendants. Il faut savoir toutefois que la loi actuelle permet déjà d’obtenir un arrêt de travail indemnisé pour ces deux motifs et ce, sans délai de carence.

Mais ce volet financier est aussi complété par un volet répressif. Ces députés proposent d’instaurer une amende (de classe 5) de 1 500 euros en cas de non-respect de l’isolement, qu’il soit à domicile ou dans un lieu collectif prévu à cet effet. Des mesures similaires existent déjà en Italie et en Espagne, mais nécessiteraient de mettre en place d’importants contrôles de police à domicile. Cette amende serait doublée, à 3 000 euros, en cas de récidive. Olivier Becht, président du groupe Agir ensemble, a insisté sur le fait qu’il “faut traiter dignement les malades”, au micro d’Europe 1, et il propose de mettre en place des “référents santé” capables d’apporter à ceux qui seraient isolés des médicaments, des soins et de la nourriture, notamment en mobilisant la Réserve civique.

Mais de nombreuses voix s’élèvent déjà pour critiquer ces propositions : quid du secret médical ? Quels garde-fous pour confier des données médicales aux services de police chargés de vérifier l’isolement des malades ? Certains médecins, comme le chef du service de parasitologie de l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière réclament davantage de pédagogie envers les malades pour qu’ils comprennent et acceptent mieux leur isolement.

Le Premier ministre Jean Castex a, pour sa part, mis en garde récemment contre un “problème redoutable” au cas où un système trop coercitif conduirait certaines personnes à ne pas se soumettre au test pour éviter l’isolement. La date d’examen de cette proposition de loi sera connue ces prochains jours. Lire à partir de la source….