Press "Enter" to skip to content

Test Samsung Galaxy Watch 3 : notre avis complet

Avec sa Galaxy Watch 3, Samsung revient à la lunette rotative, mais propose également de nombreux fonctionnalités de suivi d’activités ou de gestion des applications. Voici notre test complet.

Il y a un an, Samsung lançait sa Galaxy Watch Active 2, une montre connectée au design tout simple et à laquelle manquait, pour certains, la couronne rotative des Galaxy Watch traditionnelles. Les critiques se sont fait entendre et cet automne, et Samsung a finalement lancé une nouvelle version de sa montre connectée, la Galaxy Watch 3. Mais qu’a-t-elle à proposer ? C’est ce qu’on va voir dans ce test complet.

Cette montre nous a été fournie par Samsung.

De prime abord, la différence entre la Galaxy Watch 3 et les deux précédentes montres de Samsung saute aux yeux. Il faut dire que les Galaxy Watch Active et Active 2 jouaient la carte de la sobriété. Pas de lunette rotative et un design tout en rondeur pour les deux précédents modèles. Il n’en est rien avec la Samsung Galaxy Watch 3 qui se veut pour le moins imposante avec un poids de 53,8 grammes, contre 30 ou 42 grammes, selon le matériau, pour la Galaxy Watch Active 2.

Il en va de même du côté des dimensions qui passent de 44 x 44 x 10,9 mm à 46,2 x 45,0 x 11,1 mm. Certes, l’augmentation ne paraît pas énorme avec des chiffres, mais c’est bel et bien visible au poignet. Sur le mien, que je qualifierai de moyen, la montre de Samsung ressort particulièrement. Il faut dire que l’épaisseur n’y est pas pour rien et la Galaxy Watch 3 sera bel et bien visible à votre bras.

L’une des raisons de ce gabarit imposant réside dans le retour de la fameuse lunette rotative qui avait disparu des déclinaisons Active de la montre. Si Samsung avait bien tenté d’émuler le mécanisme sur la Watch Active 2, il ne s’agissait que d’un ersatz et on s’en rend d’autant plus compte avec la Galaxy Watch 3. Ici, la lunette rotative, légèrement crantée sur l’extérieur, prend tout son sens dans la navigation pour passer d’un écran à un autre. On pourrait le faire au doigt, mais le clic et la réactivité de l’interface sont suffisamment satisfaisants pour nous faire préférer cette manipulation.

À l’intérieur de la lunette, qui dépasse en hauteur du reste du cadran, on va pouvoir distinguer les inscriptions des minutes. Un effet de style qui n’apporte pas grand-chose. Sur le côté droit, Samsung a intégré deux boutons rappelant le format des couronnes de montres horlogères. Un premier bouton en haut qui permet de revenir en arrière et un second, cerclé de rouge en bas, qui permet de revenir à l’écran d’accueil. Le clic est assez satisfaisant sur les deux touches, sans être trop sonore.

Enfin, pour le bracelet, Samsung a pris une approche classique avec un système de cornes de part et d’autre de la montre. Un choix pratique pour permettre de changer de bracelet si celui en cuir ne plait pas ou qu’il s’abîme. La Galaxy Watch 3 utilise en effet un système traditionnel de barrettes et est donc compatible avec tous les bracelets de 21 mm du marché.

Du côté de l’écran, comme sur la version grand format de la Galaxy Watch Active 2, on se retrouve face à une dalle de 1,4 pouce. L’écran utilise par ailleurs une technologie Super Amoled, idéale pour proposer un riche contraste et des noirs infinis. C’est d’autant plus intéressant que la montre de Samsung, comme nombre de ses concurrentes, utilise essentiellement le noir en arrière-plan de ses menus et renforce ainsi l’autonomie grâce aux pixels noirs qui restent éteints.

Du côté de la définition, on a droit ici à 360 pixels par 360, soit encore une fois la même définition que sur la Samsung Galaxy Watch Active 2. De quoi proposer ainsi une densité de 363 pixels par pouce, suffisante dans la grande majorité des cas pour profiter de l’écran sans pouvoir distinguer entre deux pixels, a fortiori pour un usage d’appoint.

Du côté de la luminosité, Samsung propose une adaptation automatique par défaut, mais permet également un réglage manuel sur dix niveaux. Au niveau maximal, on a une montre qui offre un affichage suffisamment lumineux pour être consultée sans aucun problème, même avec une forte lumière extérieure. Avec la luminosité la plus basse, la montre parvient correctement à ne pas exploser complètement les yeux en pleine nuit. On préférera cependant activer le mode nuit qui va venir désactiver les notifications et l’allumage automatique de l’écran lorsque vous tournez le poignet.

Toujours du côté de l’écran, signalons que Samsung propose 19 cadrans différents pour sa Galaxy Watch 3, tous personnalisables. Sur certains cadrans, on peut notamment modifier les aiguilles, les couleurs, les données de santé affichées ou l’affichage du niveau de batterie. En plus de ces 19 cadrans, on peut en télécharger de nombreux autres depuis l’application Galaxy Wearables de Samsung sur son smartphone.

La Samsung Galaxy Watch 3 embarque un processeur dual core cadencé à 1,15 GHz, adossé à 1 Go de RAM et 8 Go de stockage. Surtout, c’est le système Tizen de Samsung qui fait tourner la montre connectée. Concrètement, Tizen est un système utilisé initialement sur des smartphones avant d’être porté sur les téléviseurs connectés du constructeur coréen et sur ses montres. Ici, c’est la version 5.5.0.1 de Tizen qui est utilisé, avec l’interface One UI Watch 2.0 de Samsung.

Dans l’ensemble, la navigation dans les différents menus est plutôt intuitive. Comme on l’a vu plus tôt, la lunette rotative permet de passer d’un écran à l’autre avec un agréable cliquetis. Il est également possible de faire défiler les écrans à l’aide d’un glissement de doigt. Logiquement, l’écran principal est celui du cadran personnalisable, mais on va retrouver les notifications à gauche et différentes applications à droite.

Par défaut, sont affichés dans l’ordre : le résumé de votre activité (calories dépensées, minutes d’entrainement et déplacement dans la dernière heure), des raccourcis vers certaines applications, l’accès à certains entrainements, la météo, les événements de votre agenda, le lecteur de musique et un second rappel d’activités (nombre de pas, rythme cardiaque, heures de sommeil et niveau de stress). Le dernier écran permet de rajouter quant à lui d’autres widgets comme les alarmes, le calendrier, un rappel pour boire de l’eau, ou le niveau de sommeil.

D’autres intrications sont prises en charge, avec notamment les paramètres rapides et accessibles depuis un glissement vers le bas. De quoi permettre d’activer rapidement le mode nuit, le mode ne pas déranger, éteindre sa montre, chercher son téléphone ou activer le mode always-on. Ce dernier mode va permettre de réduire drastiquement le niveau de luminosité de la montre, mais également son autonomie comme on le verra plus tard.

Pour la gestion des notifications, la Galaxy Watch 3 permet bel et bien d’interagir. Il est par exemple possible de consulter un mail, mais également d’y répondre avec la dictée vocale, un mini-clavier ou des réponses suggérées par la montre. Il est également possible de répondre à un appel vocal… directement depuis la montre de Samsung. Celle-ci est en effet équipée d’un microphone et d’un haut-parleur. Certes, la qualité sera loin d’être aussi bonne que celle d’un smartphone, mais c’est toujours une option de plus si jamais vous ne souhaitez pas sortir votre téléphone de la poche et que vous êtes dans un environnement calme.

Mais en dehors des notifications ou des widgets de l’écran d’accueil, c’est véritablement en appuyant sur le bouton du bas, cerclé de rouge, que vous pourrez accéder à l’ensemble des fonctionnalités de la Galaxy Watch 3. Vous aurez accès par défaut à 22 applications préinstallées sur la montre. Si on peut douter de l’utilité de certaines, comme la galerie ou Microsoft Outlook, d’autres sont bien plus pertinentes.

C’est le cas de Samsung Pay, que l’on peut également déclencher directement avec un appui long sur le bouton du haut… à condition d’utiliser une banque compatible. L’enregistreur vocal est également bien pratique, tout comme le chronomètre ou le Galaxy Store, qui va vous permettre de télécharger davantage d’applications, comme Spotify, une calculatrice ou l’application de cartographie Here WeGo.

Du côté du smartphone, ce sont deux applications qui vont permettre d’interagir avec les paramètres et les données de la montre : Samsung Health et Galaxy Wearables. La première est utilisée pour récupérer les données de santé, comme on le verra plus tard, tandis que la seconde sert surtout à paramétrer la montre. Vous pourrez ainsi la mettre à jour, gérer les notifications de telle ou telle application, réorganiser les applications de la montre, modifier la luminosité de l’écran, ou modifier les fonctions lancées par les appuis longs ou les doubles appuis sur le bouton du bas.

Ce sont de très nombreux paramètres qui sont proposés dans Galaxy Wearables, et si les différentes options peuvent effrayer au premier coup d’œil, elles ont tout de même toutes leur intérêt, au moins pour la configuration initiale de la montre, afin de profiter d’une expérience au plus proche de ses besoins.

Du côté du suivi d’activité, la Samsung Galaxy Watch 3 propose un attirail plutôt complet avec de nombreux capteurs pour détecter le rythme cardiaque ou les pas parcourus dans la journée. Elle embarque ainsi un accéléromètre, un baromètre, un gyroscope et capteur de rythme cardiaque. Il en va de même pour la géolocalisation, puisque la montre est compatible avec le GPS, Glonass, Beidou et Galileo.

Outre le suivi de votre nombre de pas dans la journée — avec détection automatique de vos séances d’entrainement –, il est également possible de configurer un profil en fonction de son genre, sa date de naissance, sa taille et son poids. Par la suite, depuis le widget entraînement à droite de l’écran d’accueil, on va pouvoir lancer le suivi de certaines activités comme la course, le vélo, la natation, la marche, la randonnée, le vélo elliptique ou les fentes. Une fois l’enregistrement terminé, toutes les données peuvent être facilement retrouvées sur l’application Samsung Health sur smartphone.

Comme on l’a vu plus tôt, ce n’est donc pas Galaxy Wearables qui va permettre de retrouver toutes les données physiologiques, mais l’application dédiée à la santé du constructeur coréen. L’application va vous permettre de retrouver le nombre de pas parcourus dans la journée, la durée d’activité, le bilan d’exercices, la fréquence cardiaque ou le nom d’heures de sommeil. C’est là aussi que vous pourrez retrouver le récapitulatif de vos différents exercices, avec le suivi de géolocalisation. Pratique pour avoir une distance parcourue précise et non pas seulement une estimation basée sur le nombre de pas et la longueur de la foulée.

La montre de Samsung est équipée d’une batterie de 340 mAh. De quoi lui permettre de tenir plus de 56 heures en usage « typique » selon le constructeur, et jusqu’à 151 heures en faible usage.

De mon côté, avec un usage très modéré, j’ai pu utiliser la Samsung Galaxy Watch 3 pendant quatre jours, soit près de 100 heures, avant qu’elle ne tombe à court de batterie. Il faut dire que pendant cette période, je m’en suis surtout servi pour accéder à mes notifications et consulter mon nombre de pas dans la journée. Le GPS n’était pas activé, en l’absence d’entrainements, et l’écran était programmé pour s’éteindre automatiquement lorsque je ne regardais pas la montre.

Sur ma seconde session, j’ai utilisé la Galaxy Watch 3 de manière plus intensive, avec un entrainement de 30 minutes avec GPS et l’écran en mode always-on, sauf la nuit, et l’autonomie s’en est trouvée considérablement réduite. La montre de Samsung est tombée en rade de batterie en moins de 72 heures.

Pour la recharge, Samsung ne fournit pas d’adaptateur secteur USB, mais seulement un câble de charge avec une petite base de charge magnétique. De quoi permettre de recharger la Samsung Galaxy Watch 3 de 0 à 100 % en 2h20. Notons également que la montre est compatible avec la charge par induction.

Réseau et communication de la Samsung Galaxy Watch 3

La Samsung Galaxy Watch 3 peut être utilisée comme une montre autonome, puisqu’elle embarque une carte e-SIM compatible 3G et 4G. Il faudra cependant s’assurer que votre opérateur prenne en compte cette fonctionnalité pour en profiter.

Dans la plupart des cas, la Galaxy Watch 3 devra donc être appairée en Bluetooth avec votre smartphone et de ce côté-là, c’est la norme 5.0 qui est utilisée par la montre connectée. De quoi assurer une bonne stabilité de connexion et une portée conséquente. Comme on l’a vu plus tôt, la Galaxy Watch 3 embarque également un haut-parleur et un microphone, et peut donc être utilisée pour passer des appels téléphoniques ou pour écouter de la musique, avec une qualité que l’on qualifiera gentiment de médiocre.

Enfin, la montre est également compatible avec le Wi-Fi 802.11.b/g/n 2,4 GHz, utilisé pour la synchronisation des données lorsque vous n’avez pas votre smartphone à portée.

Prix et disponibilité de la Samsung Galaxy Watch 3

La Samsung Galaxy Watch 3 est disponible en deux coloris : mystic black ou mystic silver, avec un bracelet en cuir noir dans les deux cas. La montre de Samsung est d’ores et déjà commercialisée au prix de 429 euros en version Wi-Fi/41 mm, 479 euros en version 4G/41 mm, 479 euros en version Wi-Fi/45 mm et 529 euros en version 4G/45 mm.

À ce prix, la Samsung Galaxy Watch 3 se positionne clairement comme une montre haut de gamme. Elle vient faire face à l’Apple Watch Series 6, mais aussi la Huawei GT2 Pro et la Mobvoi TicWatch Pro 3. Lire à partir de la source….