Press "Enter" to skip to content

Bendtner voudrait remonter dans le temps pour se « frapper la tête avec un marteau »

Moqué sur la toile pour ses addictions aux jeux, Nicklas Bendtner est l’archétype du joueur qui s’est égaré en chemin, séduit par les attraits d’une vie de footballeur en Angleterre qui lui a permis de s’enrichir, de fréquenter un univers dans lequel il se plaisait à évoluer, où tout est devenu plus facile, de céder à la tentation notamment.

Qu’il est loin le temps où, débarqué de Copenhague trois ans plus tôt, l’international danois inscrivait le but vainqueur d’Arsenal contre Tottenham, en sortie de banc. C’était en 2007, Arsène Wenger était aux anges. Puis la carrière en club de Nicklas Bendtner a bégayé, entre des prêts à Birmingham City, Sunderland et la Juventus avant les transferts à Wolfsburg, Nottingham Forest, Rosenberg et Copenhague.

Bendtner: “Des moments très blessants et difficiles à raconter”

“Je suis devenu trop friand du style de vie qui accompagnait l’argent, témoigne l’intéressé dans une interview accordée au Guardian, et publiée en marge de la sortie de son autobiographie Both sides, écrite avec un journaliste danois. Je veux remonter le temps et frapper ce jeune garçon à la tête avec un marteau. Lui faire comprendre la chance que cela représente. Qu’il a quelque chose de spécial – quelque chose dont il doit s’occuper.”

“Il y a certainement un regret de ne pas avoir pris ma carrière de manière plus positive, a-t-il témoigné. Le fait de regarder en arrière m’a bouleversé car il y a des moments qui étaient très blessants et difficiles à raconter. Mais je ne pouvais pas simplement écrire une autre biographie sportive où je me félicitais. Heureusement, j’ai fait totalement confiance à Rune et j’ai pu m’ouvrir et dire: ‘Il n’y a qu’une seule façon de le faire et c’est en toute honnêteté’.”

Proche de rejoindre la Chine avant que le coronavirus n’en décide autrement, Bendtner est en paix avec son passé: “Je suis fier de ce que j’ai accompli et j’ai vécu une vie passionnante. Je n’ai que 32 ans. J’ai beaucoup plus de vie à vivre et de nombreux objectifs que j’essaie d’atteindre. Comme la plupart des joueurs de football professionnels qui arrivent à la fin, la meilleure façon de voir les choses est que j’ai encore les deux tiers de ma vie devant moi.” Lire à partir de la source….