Press "Enter" to skip to content

Zarco rassuré par Dall’Igna sur les motifs de son contrat Pramac

Johann Zarco a dévoilé avoir reçu un message rassurant de la part de Gigi Dall’Igna, directeur général de Ducati, quant au fait que le choix opéré par la marque italienne dans l’attribution des guidons pour le team Pramac et l’équipe d’usine n’avait pas été influencé par l’incident du Grand Prix de Catalogne, au cours duquel une cascade d’événements a fait se retrouver le Français au sol et a provoqué en bout de course la chute d’Andrea Dovizioso.

Alors bien placé mathématiquement dans la lutte pour la couronne mondiale des pilotes, Dovizioso s’était retrouvé dans les premiers virages dans la position de victime collatérale d’un Zarco qui tentait lui-même d’éviter le contact avec l’autre Ducati factory de Danilo Petrucci, en perdition devant lui.

Zarco sait désormais son destin fermement scellé avec Ducati pour la saison 2021 et dispose d’un contrat signé qui le verra faire équipe avec le débutant Jorge Martín chez Pramac. De son côté, Pecco Bagnaia, impressionnant depuis son retour de blessure, sera associé à son actuel équipier Jack Miller dans l’équipe factory.

C’est par téléphone que Zarco a appris la décision de Ducati de le placer chez Pramac. Le #5 est avant tout reconnaissant de la confiance témoignée par le constructeur italien à son égard et ne vit pas mal le fait de ne pas avoir été choisi pour le team d’usine, qui a accordé des contrats de deux ans à Miller et Bagnaia.

“Gigi Dall’Igna m’a appelé un jour avant l’annonce”, révèle-t-il. “Ils ont pris leur décision et il m’a juste dit que ce serait Pramac et que ce n’était pas à cause de la chute à Barcelone, alors je lui ai dit : ‘Ne t’en fais pas, car je suis vraiment heureux d’être avec l’équipe Pramac et sincèrement, Pecco a fait un super travail sur les dernières courses’ ! Mais il avait peur que je pense que j’avais perdu la place à cause de Barcelone.”

Zarco avait ressenti le besoin de s’expliquer auprès de Dovizioso après l’incident et avait également trouvé du réconfort auprès de son compère. “À Barcelone, j’ai parlé à Dovi. Je suis allé le voir car je me sentais mal et triste, mais il m’a dit qu’il était difficile pour moi de faire quoi que ce soit à ce moment-là et que ce que j’ai fait était normal. C’est juste une chute.”

Le contrat signé par Zarco avec Pramac est un “1+1, mais c’est plus un à la fin”, estime Zarco. Le Français est toujours concentré sur sa familiarisation avec sa monture et estime se rapprocher du niveau de confort nécessaire à l’obtention de la confiance offrant la capacité d’attaque qu’il attend.

“C’est vraiment une question de confiance et quand tu prends la bonne confiance, la moto réagit tip top”, félicite-t-il. “Le plus dur est de trouver cette zone. Miller y arrive bien car il a plus d’expérience dessus, mais moi j’y arrive, c’est en cours.” Lire à partir de la source….