Press "Enter" to skip to content

“Il va alimenter 230 000 habitants” : EDF inaugure le plus grand barrage hydroélectrique de France

C’est le plus grand barrage souterrain de France. Le barrage de Romanches Gavet, en Isère, est aussi le dernier grand projet d’EDF sur l’hydroélectricité. L’installation, avec une galerie souterraine de 10 kilomètres de long, a été officiellement inaugurée vendredi 9 octobre. Malgré ce succès industriel, ce type de projet risque de rester sans héritier.

C’est une turbine de 92 tonnes qui vient de démarrer sous la pression de l’eau. Il aura fallu dix ans pour creuser ce barrage dans la montagne. Il s’agit d’une prouesse technique, raconte Sébastien Farge, le responsable d’exploitation. “La particularité de cet ouvrage c’est d’avoir creusé une galerie de 10 kilomètres qui ramène l’eau. Cette galerie a été creusée au coeur de la montagne par deux tunneliers.”

Le tunnel du barrage. (GREGOIRE LECALOT / RADIO FRANCE)

Un peu plus loin, on tombe sur la caverne usine, une cathédrale souterraine qui abrite le cœur de la production, détaille Daniel Perra, le chef du chantier. “La taille est aussi grande que la nef de Notre-Dame de Paris. Dans cette caverne on a installé l’équivalent d’un immeuble de cinq étages qui nous permet de poser dessus l’ensemble des équipements qui vont nous permettre de produire l’énergie”, explique-t-il. Pourtant, vu de l’extérieur, impossible de deviner le géant qui se cache dans la montagne. Ce chantier à 400 millions d’euros a permis de remplacer six usines et barrages vieux de plus d’un siècle.

Le barrage produit 40% d’électricité de plus que les vieilles installations, poursuit Yves Giraud, directeur d’EDF hydro. “Dans la transition énergétique, l’hydroélectricité est appelée à prendre une nouvelle place. Elle est pilotable, flexible et stockable. Vous pouvez avoir l’électricité quand vous en avez besoin. Au niveau d’EDF, ce sont 14 gigawatts qui sont mobilisables, cela représente l’équivalent de 14 réacteurs nucléaires.”

Malgré ces qualités affichées, le développement de l’hydroélectricité en France est au point mort depuis 2015. Paris et Bruxelles s’opposent sur l’attribution des concessions hydroélectriques, presque toutes exploitées par EDF. L’Union européenne veut qu’elles soient ouvertes à la concurrence, en vertu d’une directive. “Cette situation a gelé tout développement de nouvelles capacités hydrauliques en France alors qu’il y a un potentiel inexploité important”, regrette Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF.

En attendant, les grands projets restent dans les cartons. D’autant que contrairement au solaire et à l’éolien, l’hydroélectricité ne bénéficie d’aucune aide ni dans le plan de relance, ni via des prix de vente garantis. Lire à partir de la source….