Press "Enter" to skip to content

Collision aérienne en Indre-et-Loire: quatre décès confirmés, un …

Il était entre 16h30 et 17h00 dans le ciel de Loches lorsqu’un ULM et un avion de tourisme se sont percutés. Selon le procureur de la République de Tours Grégoire Dulin, « deux corps ont été retrouvés dans l’ULM et deux autres dans l’avion ». « Une personne qui serait tombée, sans doute de l’avion, n’a pas été retrouvée », a-t-il ajouté, précisant que l’avion s’était écrasé dans un arbre situé dans un sous-bois difficile d’accès.

Geneviève Allouard-Liebert se trouvait dans sa cour quand elle a entendu « comme un grand choc » avec son mari, puis a vu un homme tomber de l’avion dans un pré, faisant une chute de plusieurs dizaines de mètres. « A cette heure, il y a donc incertitude sur le nombre de victimes, quatre sûres et une cinquième probable », a ajouté Grégoire Dulin, alors que la préfecture avait au départ annoncé cinq décès.Une enquête a été ouverte pour homicide involontaire.

« Le pilote de l’avion a 75 ans, ses deux passagères 28 et 30 ans. Le pilote de l’ULM a 66 ans et sa passagère 50 ans », a précisé M. Dulin, ajoutant qu’il n’y avait « pas de lien de parenté » entre ces personnes.

Le bilan aurait pu être encore plus lourd car la collision a eu lieu dans une zone habitée, à proximité du centre-ville de Loches. Les occupants de la maison sur la clôture de laquelle s’est écrasé l’ULM n’étaient pas sur place au moment de l’accident. Il s’agit d’une zone pavillonnaire bordée par une route très fréquentée, au sud du centre-ville.

Selon un témoignage recueilli par l’AFP, la zone de l’accident est totalement bouclée par les gendarmes et les voisins ont été priés de rester chez eux. Des pompiers, « techniciens en identification criminelle », sont sur place pour identifier les corps. Selon ce témoignage, l’ULM a atterri sur le compteur électrique de l’habitation et a pris feu.

On ignore encore l’identité des victimes et les raisons du télescopage. Une enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie des transports de Roissy et de Brest, ainsi qu’au groupement de gendarmerie d’Indre-et-Loire. « C’est un accident improbable et incroyable dans le ciel de Loches, où il n’y a jamais de trafic aérien », a réagi Marc Angenault, maire de Loches. Selon l’élu, le soleil rasant de la fin d’après-midi a peut-être ébloui l’un des pilotes.

Les collisions mortelles entre un ULM et un autre appareil sont rares. En Espagne, sept personnes, dont deux mineurs, sont mortes en août 2019 quand un hélicoptère et un ultraléger motorisé se sont percutés dans les airs au-dessus de l’île de Majorque. Il n’y a eu aucun survivant.

En France, un homme est décédé en 2012 dans le crash de son ULM consécutif à une collision avec un planeur en Savoie. Le pilote du planeur a réussi à se poser, indemne.

En 2010, un petit avion et un ULM se sont télescopés en plein ciel en Eure-et-Loire, provoquant la mort des deux pilotes. Dans l’Indre, deux pilotes d’ULM sont décédés après la collision de leurs appareils en 2008. En 2000, le pilote d’un ULM est mort dans une collision avec un mirage 2000-N de l’armée de l’air en Saône-et-Loire. Lire à partir de la source….