Press "Enter" to skip to content

La Révolution : le hors-sujet assumé par la série de Netflix

DÉCRYPTAGE – Zombies et virus provoquent la chute de l’Ancien régime dans cette série audacieuse mais trop délirante. Son créateur Aurélien Molas nous en livre les clefs.

L’idée de la série est venue à son créateur en méditant sur cette maxime de Napoléon: «L’Histoire est un tissu de mensonges sur lequel on se met d’accord.»

Scénariste des atmosphériques Maroni et d’Une île qui nous avaient intrigués sur Arte, le scénariste Aurélien Molas injecte cette fois son goût du fantastique dans le cadre le plus révéré (et donc incongru) de notre récit national : la chute de l’Ancien Régime, et signe la série française la plus attendue de l’année pour Netflix, La Révolution, dont la diffusion débute ce vendredi 16 octobre. Premier malentendu à dissiper, en dépit de son titre cette saga n’est pas pour les amoureux d’histoire, ni pour les fans de fictions en costumes.

La Révolution se déroule dans une réalité alternative. La série raconte comment un virus surnommé «le sang bleu» transforme les aristocrates en zombies assoiffés de sang, bien rouge celui-ci. La violence arbitraire et impunie de leurs exactions pousse la jeunesse populaire à prendre les armes. Certains se regroupent au sein d’un mouvement qui se fait appeler «La Fraternité». Ceux qui rêveraient de voir Robespierre ou Danton en chasseurs de nobles morts-vivants Lire à partir de la source….