Press "Enter" to skip to content

RC Strasbourg-OL : Que faut-il attendre de la recrue lyonnaise …

FOOTBALL A 23 ans, le milieu brésilien espère se relancer après une première expérience européenne très délicate en Italie. Recruté pour 20 millions d’euros, il pourrait effectuer ses débuts avec l’OL dimanche (13 heures) à Strasbourg

Voir un jeune joueur brésilien perdre la moitié de sa valeur marchande en moins de deux ans est aussi rare qu’intrigant. Transféré au Milan AC pour 39 millions d’euros en janvier 2019 par un certain Leonardo, alors directeur sportif des Rossoneri, Lucas Paqueta est la recrue phare du mercato lyonnais, pour « seulement » 20 millions d’euros. Après l’avoir laissé sur le banc contre l’OM (1-1), Rudi Garcia pourrait bien l’aligner pour la première fois à Strasbourg dimanche (13 heures).

A 23 ans, le milieu offensif brésilien va tenter de se relancer après un passage très nuancé en Italie. « Le principal problème, c’est qu’il a été présenté comme un crack à son arrivée, indique Enrico Curro du journal La Reppublica. Vu le montant du transfert, les tifosi du Milan AC s’imaginaient avoir le nouveau Kaka. » Des attentes colossales auxquelles le natif de Rio de Janeiro ne répondra jamais vraiment, à l’image de son maigre bilan statistique, avec un seul but et trois passes décisives en 44 matchs en Lombardie.

« Le rythme de la Serie A a vraiment été dur à appréhender pour lui »

« Sa position au Milan AC n’a jamais été très claire, glisse Enrico Curro. Je pense qu’il s’agit avant tout d’un meneur de jeu, mais il n’a pu évoluer que quelques matchs dans ce registre avec Marco Giampaolo en 2019. » Car en une saison et demie avec les Rossoneri, Lucas Paqueta a connu trois entraîneurs (Gattuso, Giampaolo et Pioli) sans jamais se stabiliser.

« Il est clair que tout le monde au Brésil pensait qu’il jouerait davantage là-bas, même pour une première expérience européenne à 21 ans, indique Carlos Eduardo Mansur, journaliste d’O Globo à Rio de Janeiro. Déjà, il est arrivé dans une équipe en difficulté. Il était habitué à avoir beaucoup d’espace dans le championnat brésilien et le rythme de la Serie A a vraiment été dur à appréhender pour lui. Il n’a pas perdu son talent mais il doit se montrer plus agressif et concentré pour s’imposer en Europe, tout en évitant ses mauvaises réactions qui lui valaient déjà des cartons au Brésil. »

Une expulsion au mauvais moment avec le Milan AC

Au Milan AC, ses nerfs ont justement lâché à un moment-clé, quatre mois après son arrivée et en plein sprint final pour tenter de décrocher un ticket pour la Ligue des champions [le club finira 5e]. Le 6 mai 2019, après un geste d’humeur face à l’arbitre contre Bologne (2-1), le gaucher se retrouve exclu et suspendu pour les trois dernières rencontres de Serie A.

« Les dirigeants milanais lui ont rappelé cet épisode au moment d’attaquer la saison suivante, assure Enrico Curro, qui a perçu le mal-être du Brésilien en Italie. Il semblait déprimé ici. Il s’entendait bien avec ses partenaires mais il n’avait pas le caractère de leader qui aurait pu lui permettre de s’imposer pour de bon dans cette équipe. »

Un échec en club qui lui a aussi coûté sa place en sélection, où il compte 11 sélections (et deux buts), dont une dernière cape en novembre 2019. « Tite n’a pas encore trouvé le vrai remplaçant de Renauto Augusto [Beijing Guoan, plus appelé depuis 2018] et ça pourrait être lui, il en a le talent », estime Carlos Eduardo Mansur. Pour y parvenir, Lucas Paqueta va devoir se relancer à l’OL, où Juninho s’est montré extrêmement élogieux lors de sa présentation.

« Il n’était pas vu au Brésil comme le nouveau Neymar »

Histoire de confirmer les promesses entrevues avec son club formateur de Flamengo (13 buts en 65 matchs) qui lui avaient permis de taper dans l’œil de Leonardo. « Attention, contrairement à ce que je peux lire, il n’était pas vu au Brésil comme le nouveau Neymar, précise Carlos Eduardo Mansur. Il a été vendu trop vite, après même pas deux saisons complètes, pour avoir le temps de devenir une idole aux yeux des supporters de Flamengo. Mais en 2018, à un poste de milieu relayeur gauche dans un 4-3-3, il a montré beaucoup de qualités. »

Aux côtés de son compatriote Bruno Guimaraes voire Jean Lucas [avec qui il a évolué en 2018 à Flamengo], va-t-il vite permettre à l’OL de renouer avec sa tradition de Brésiliens performants dans les années 2000 (Anderson, Juninho, Cris, Caçapa, Fred) ? « En tout cas, je pense que pour 20 millions d’euros, c’est un investissement bien senti de la part de Lyon », insiste Carlos Eduardo Mansur. Quelques minutes après notre échange téléphonique, le journaliste d’O Globo nous a tout de même renvoyé un message : « J’ai oublié de vous dire à quel point j’aimais Caqueret. Entre Aouar et lui, ça sera dur pour Paqueta de se faire sa place dans cette équipe ». Lire à partir de la source….