Press "Enter" to skip to content

Les Restos du cœur distribuent "40% de repas en plus par rapport à …

En Sarthe, les Restos du cœur distribuent 40% de repas en plus chaque jour par rapport à l’année dernière. Les nouveaux bénéficiaires sont principalement des jeunes.

Les associations caritatives sont les premiers témoins de la crise sanitaire, et de ces Français qui s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la pauvreté. En Sarthe, parmi d’autres associations, les Restos du Coeur font ce constat inquiétant. Alain Lemetter, le responsable départemental de l’association assure mardi 24 novembre que “40 % de repas sont distribués en plus chaque jour par les Restos”.

Une hausse extrêmement forte, avec de nouveaux publics, inconnus des Restos du cœur jusqu’à maintenant. “Les jeunes par exemple, on a 50% de jeunes parmi nos bénéficiaires dans le département”, commence Alain Lemetter. “Il y a aussi beaucoup de familles monoparentales, là encore plutôt jeunes”, poursuit-t-il.

“Au premier confinement, la première vague de bénéficiaires avaient des besoins mais n’avaient pas perdu leur emploi. Là on constate qu’ils ont toujours des besoins, mais en plus ils ont perdu leur travail ou bien n’en ont pas trouvé. Ils n’ont plus les petits boulots qui étaient déjà à la marge et qui hélas continuent à se marginaliser encore plus”, continue le responsable départemental des Restos du cœur en Sarthe.

Actuellement, les Restos du cœur ont besoin de dons, notamment de plats tout préparés à réchauffer pour les distribuer dans le bus du cœur, qui sillonne les rues du Mans la semaine. “Nous avons assez de dons, mais pas tout à fait assez de variétés de dons”, détaille M. Lemetter. “Nous avons aussi besoin de produits frais et plein d’autres choses”, assure Alain Lemetter, qui invite les éventuels donateurs à se renseigner sur le site des Restos pour faire des dons au plus proche des besoins de l’association.

En raison de la crise sanitaire, les membres des Restos du cœur ne peuvent plus passer autant de temps avant avec les bénéficiaires, ce qui dégrade le lien social. “C’est pourtant notre vrai et seul but, mais nous sommes obligés de mettre 1,50 mètre avec les gens qui viennent chercher les repas. Nous avons perdu le petit café sympathique qui permet d’avoir des paroles adoucissantes pour les personnes accueillies”, ajoute M. Lemetter. Lire à partir de la source….