Press "Enter" to skip to content

13 ans de prison et 2 milliards d’amende pour Alfonsi et Danielson

Tahiti, le 9 octobre 2020 – L’affaire Sarah Nui s’est terminé aujourd’hui à l’issue de deux semaines de procès. Le tribunal a reconnu coupable l’ensemble des prévenus et condamné les deux têtes du réseaux de trafic d’ice à 13 ans de prison ferme, assortis d’une période de sûreté des deux tiers. Tamatoa Alfonsi et Maitai Danielson devront également s’acquitter d’une amende de 2 milliards de francs.

Grosse affluence cet après-midi au tribunal correctionnel de Papeete. Mesures sanitaires oblige, impossible de laisser rentrer tout le monde. Les proches de nombreux prévenus devront tendre l’oreille depuis le seuil des portes d’entrée. 16 heures : les juges font leur entrée dans la salle d’audience. Commence alors une longue énumération des peines pour chacun des 25 prévenus.

Les deux têtes du réseau de trafic d’ice écopent de 13 ans assortis d’une période de sûreté des deux tiers. Pour leur “rôle significatif” dans cette affaire, les deux hommes en état de récidive légale doivent également s’acquitter d’une amende de 2 milliards de francs, “correspondant à une fois la valeur identifié dans ce dossier” a justifié le président du tribunal, rappelant que les volumes de stupéfiants en cause sont “extrêmement important”, et que leur écoulement sur le marché local a “gravement déstabilisé la société polynésienne”. Le procureur de la République avait requis une peine de 15 ans.

Déjà détenu dans le cadre d’une autre affaire, le multirécidiviste Franckie Tumahai est condamné à 9 ans de prison. Le tribunal a d’ailleurs tenu compte “des innombrables condamnations” à son actif pour des faits de même nature. Cette peine vient donc s’ajouter à celle qu’il est déjà en train d’exécuter.

Même traitement, ou presque, pour Gilles Morat. Celui qui est l’un des plus gros revendeurs du réseau aligne lui aussi quelques condamnations lourdes, dont une dans le cadre de la Hawaiian connection. Le tribunal a relevé le “nombre important de personnes” qu’il a impliqué dans cette affaire, ainsi que “les exactions commises avec des armes”. Il écope de 10 ans de prison, assortis d’une période de sûreté de la moitié cette peine. Interdiction de détenir une arme, et la confiscation des biens saisis dans le cadre de la procédure. Il est maintenu en détention.

Nikis Calmajis, l’ancien personnel navigant commercial (PNC), est condamné à 5 ans de prison ferme avec mandat de dépôt. Son “attitude à nier une grande partie des faits” n’a pas joué en sa faveur. Le tribunal a notamment constaté qu’il avait tenté de dissimuler un actif important de son patrimoine en le cédant à son frère quelques jours avant l’audience. L’appartement en questions et les parts de copropriété ont été saisis.

Les 20 autres prévenus écopent de peine qui varient de un à 6 ans, assortis de nombreux mandat de dépôt pour éviter la récidive. Lire à partir de la source….