Press "Enter" to skip to content

Carlo Acutis, premier bienheureux surdoué du web

Le premier sur les autels à avoir eu « un portable et une adresse mail » : souligné par le père Will Conquer, prêtre des Missions étrangères de Paris (MEP), auteur de l’unique livre qui lui soit consacré en français (1), le détail est révélateur des compétences techniques de Carlo Acutis bienheureux, autant que de son ancrage dans le XXIe siècle. Le jeune homme (1991-2006) sera béatifié dimanche 10 octobre à Assise.

Né le 3 mai 1991 dans une famille italienne croyante et plus ou moins pratiquante, le jeune Carlo grandit à Milan. Il montre très vite une grande appétence pour la visite des églises, la prière du chapelet, la vie des saints et l’eucharistie. Au point qu’il demande à faire sa première communion avant d’en avoir l’âge.

→ À LIRE. Le « geek » de Dieu sera béatifié en octobre

C’est l’ancien secrétaire particulier du pape Paul VI, Mgr Pasquale Macchi, qui l’y autorise à 7 ans après avoir, à la demande de ses parents, vérifié sa maturité spirituelle. Dès lors, le jeune Carlo se rend chaque jour à la messe, à l’adoration, témoignant facilement de sa foi sans jamais chercher à faire pression sur qui que ce soit. Pour lui, l’eucharistie est « une autoroute vers le Ciel ». Il croit et ressent que le Christ est présent dans l’eucharistie exactement comme il l’était en Galilée il y a deux mille ans, et s’étonne de voir plus de files d’attente pour les concerts de rocks que pour entrer dans les églises. Il affirmera : « en se tenant face à Jésus Eucharistie, on devient des saints ».

Dans la vie courante, Carlo reste presque un enfant comme les autres. Il aime le foot et les animaux. Il se lie avec un employé de maison d’origine hindoue ; par les réponses qu’il apporte à ses questions, il l’aide à devenir chrétien. Avec ses amis, il se montre joyeux, chaleureux. C’est grâce à l’un d’eux qu’il découvre l’informatique, pour laquelle il montre vite des aptitudes hors norme : à l’adolescence, il monte des films, crée un site Internet pour sa paroisse, un autre pour son lycée. Il est actif à l’aumônerie.

Il n’a que 12 ans lorsqu’il entreprend de mettre ses compétences informatiques au service de sa passion toujours vive pour l’eucharistie. Il décide alors de créer un site Internet (désormais consultable en français) recensant, illustrant et expliquant cent trente-six miracles eucharistiques confirmés par l’Église. Avec l’aide de ses parents, qu’il attire de plus en plus vers la foi, il se documente, voyage pour en photographier les lieux. Deux ans et demi de travail qui déboucheront peu après sa mort sur une exposition itinérante, présentée dans de nombreuses paroisses (plus de 10 000 aux États-Unis, selon le site de l’association Carlo Acutis) et sanctuaires des cinq continents. Dans les mois qui viennent, elle est attendue en France à Versailles (Yvelines), Pau (Pyrénées-Atlantiques), Cholet (Maine-et-Loire).

« J’ai vécu ma vie sans en avoir gaspillé une seule minute »

Une leucémie foudroyante va lui ôter la vie en quelques jours. Lui qui jouissait jusque-là d’une parfaite santé ne se révolte ni devant le diagnostic, ni devant la douleur, et prend soin de consoler ses proches.

Il donne lui-même le ton de sa rare maturité et de sa piété en proclamant : « Je suis content de mourir parce que j’ai vécu ma vie sans en avoir gaspillé une seule minute, et sans que mes actes ne déplaisent à Dieu. » Il meurt le 12 octobre 2006 et est enterré, selon son désir, à Assise, par dévotion pour saint François. Le 6 avril 2019, le corps de Carlo est déplacé du cimetière municipal vers le sanctuaire de la Translation, à Assise. Ouvert à cette occasion, le cercueil révèle un corps dit « intègre », peu décomposé.

Depuis le Cambodge où il est missionnaire, le père Will Conquer s’enthousiasme de cette béatification : « Carlo est un pionnier. Il s’est jeté dans la cage aux lions qu’était Internet à cette époque, quand il n’y avait aucun filtre éthique. Cadré dans ses horaires par ses parents, il ne s’est jamais égaré sur le Web, parce qu’il avait une relation pure avec Dieu et avec les autres, y compris avec des adultes et avec des filles. De vraies amitiés, qui l’ont, par exemple, protégé de la pornographie. »

Pour le missionnaire, Carlo Acutis est un exemple pour la jeunesse : « Je sais qu’il est attendu parmi les jeunes pour ouvrir de la même manière la voie à une nouvelle génération de saints, ceux du XXIe siècle, qui vivront leur vie ordinaire en gardant le cap vers le Christ. » Lire à partir de la source….