Press "Enter" to skip to content

Pourquoi la visite de Benyamin Nétanyahou en Arabie saoudite est historique

La visite n’est restée secrète que quelques heures. Lundi 23 novembre, le site d’information israélien Walla News, citant une source gouvernementale anonyme, a révélé que le premier ministre Benyamin Nétanyahou avait fait un saut de cinq heures en Arabie saoudite, la veille au soir, le temps d’y rencontrer le prince héritier du royaume, Mohammed Ben Salman, dit « MBS ». L’entretien s’est déroulé à Neom, la mégapole ultramoderne en construction dans le coin nord-ouest de l’Arabie, en présence du secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, qui achevait une tournée au Proche-Orient – probablement la dernière –, et du chef du Mossad, Yossi Cohen.

Ce n’est pas la première fois que des médias israéliens font état d’un tête-à-tête entre le fils du roi Salman et le premier ministre israélien. Mais c’est la première fois qu’une telle annonce a pu être corroborée. Un site de suivi des trajectoires aériennes en temps réel a montré qu’un jet privé déjà utilisé par le passé par M. Nétanyahou a fait un aller-retour Tel-Aviv-Neom, dimanche, en fin de journée.

Lundi, lors d’une réunion avec son parti, le Likoud, le chef du gouvernement israélien s’est refusé à tout commentaire : « Je n’ai pas abordé ce genre de sujets pendant des années et je ne vais pas m’y mettre maintenant », a-t-il déclaré, laconique. Mais son ministre de l’éducation, Yoav Galant, a salué à la radio israélienne « un incroyable accomplissement ».

Pour M. Nétanyahou, l’événement tombe à point nommé. Dimanche, son encombrant partenaire de coalition, Benny Gantz, qui devrait lui succéder dans un an, selon l’accord de gouvernement signé en mai, a annoncé la création d’une commission d’enquête autour de soupçons de corruption lors de l’achat de sous-marins à l’Allemagne. L’affaire, qui touche à des questions de sécurité nationale, inquiète l’entourage du premier ministre, déjà en procès pour corruption et sévèrement critiqué pour sa gestion de la crise due au Covid-19.

En début d’après-midi, cinq heures après le scoop de Walla News, le ministre des affaires étrangères saoudien, Faisal Ben Farhan, a semé la confusion en réfutant toute présence israélienne à Neom. « J’ai vu que la presse parle d’une prétendue réunion entre Son Altesse royale le prince héritier et des dirigeants israéliens durant la visite du secrétaire d’Etat Mike Pompeo, a tweeté le chef de la diplomatie saoudienne. Cette réunion n’a pas eu lieu. Les seuls responsables présents étaient américains et saoudiens. »

Il vous reste 64.37% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés. Lire à partir de la source….