Press "Enter" to skip to content

Arabie saoudite : un «grand trou» dans un réservoir d’Aramco après une attaque des Houthis

Le géant pétrolier Saudi Aramco a annoncé mardi 24 novembre qu’une frappe des rebelles Houthis du Yémen sur son usine de Jeddah avait fait un «grand trou» dans le toit d’un réservoir de pétrole, déclenchant une explosion et un incendie qui a été rapidement éteint.

À lire aussi :L’Arabie saoudite n’est pas encore prête à la paix avec Israël

Les rebelles yéménites, soutenus par l’Iran, ont tiré un missile lundi contre un site du d’Aramco, situé dans cette grande ville de l’ouest de l’Arabie saoudite, déclenchant l’incendie d’un réservoir de pétrole. «Il y a des dégâts importants sur le toit lui-même, c’est un grand trou de presque deux mètres sur deux mètres», a déclaré le directeur de l’usine, Abdallah al-Ghamdi, lors d’une visite avec la presse organisée par l’entreprise.

Le bord supérieur du réservoir a été noirci par le feu et les rampes déformées par la chaleur, a constaté un correspondant de l’AFP présent sur place. «Le feu a été éteint en très peu de temps, il n’a fallu qu’environ 40 minutes pour provoquer un incendie majeur dans un réservoir aussi important», a-t-il dit, confirmant qu’il n’y avait pas eu de victimes. L’usine, qui compte au total 13 réservoirs, fournit des produits raffinés, y compris du kérosène, à l’ouest du pays.

Les Houthis ont multiplié les attaques contre l’Arabie saoudite qui a pris la tête d’une coalition militaire qui intervient au Yémen depuis 2015 pour appuyer les forces du gouvernement contre les rebelles. En septembre 2019, des attaques contre des installations d’Aramco dans l’est de l’Arabie saoudite en septembre avaient provoqué d’importants dégâts et réduit momentanément de moitié la production de pétrole du pays.

Les Houthis avaient également revendiqué cette attaque, mais Ryad et Washington avaient accusé Téhéran de l’avoir «parrainée». L’Iran nie fournir des armes aux Houthis mais ne cache pas son soutien politique aux rebelles. «Ce qui s’est passé hier est une autre attaque hostile, similaire à ce qu’il s’est passé» en septembre 2019, a déclaré Abdallah al-Ghamdi. «Cependant, cela ne fera que démontrer la résilience d’Aramco et prouvera la fiabilité de notre approvisionnement énergétique dans le royaume et au-delà», a-t-il ajouté. Lire à partir de la source….