Press "Enter" to skip to content

Elles se déguisent en vieilles dames pour se faire vacciner plus vite contre le Covid-19

Elles se déguisent en vieilles dames pour se faire vacciner plus vite contre le Covid-19

Pour se faire vacciner au plus vite contre le Covid-19, réservé pour l’instant aux États-Unis aux plus de 65 ans, deux Américaines se sont présentées à un centre de vaccination de Floride déguisées en vieilles dames. La ruse n’a pas du tout amusé les autorités locales, qui ont déploré qu’elles aient ainsi voulu « piquer » la place de personnes prioritaires.

Tel est pris qui croyait prendre… Pour tenter de se faire administrer le plus rapidement possible leur deuxième injection du vaccin contre le Covid-19, deux Américaines n’ont pas hésité, le 17 février dernier, à se déguiser « en mamies », rapporte le New York Times.

Les deux femmes espéraient ainsi duper les employés du centre de vaccination installé à l’Orange County Convention Center, en Floride. Pour l’heure, aux États-Unis, seuls les adultes de plus de 65 ans, ainsi que les employés dans le domaine de la santé, les résidents et le personnel des maisons de retraite sont admissibles au vaccin.

Une apparence et une attitude « bizarres »

Dans une vidéo partagée par le New York Times , Raul Pino, directeur du département de la santé de Floride dans le comté d’Orange, précise que les deux femmes se sont présentées au centre de vaccination, mercredi 17 février, « affublées de bonnets, gants, lunettes et masques ».

Mais dès leur arrivée, les employés du centre ont remarqué que les deux prétendues vieilles dames « avaient l’air bizarre ». Ils ont décidé d’intervenir avant qu’elles ne reçoivent une injection.

« Nous nous sommes aperçus que les deux jeunes femmes s’étaient déguisées en mamies pour se faire vacciner une deuxième fois. Je ne sais d’ailleurs pas comment elles ont fait pour obtenir leur première dose de vaccin », témoigne Raul Pino.

D’abord trahies par leur apparence « douteuse », les deux usurpatrices ont été rapidement démasquées après vérification de leur permis de conduire. Leur vrai nom était bel et bien inscrit dans le registre du centre de vaccination, mais les dates de naissance avec lesquelles elles s’étaient inscrites ne correspondaient pas à celles de leur permis.

« Vous avez volé un vaccin à quelqu’un »

« Vous savez ce que vous avez fait ? Vous avez volé un vaccin à quelqu’un qui en a plus besoin que vous ! » Dans une autre vidéo, dont ABC News s’est procuré une copie, on voit les deux femmes, reconduites à la sortie du centre, se faire interpeller par un homme indigné, qui leur reproche leur « ridicule » et leur « égoïsme ».

« Vous n’allez pas avoir votre deuxième dose de vaccin. Vous venez donc de nous faire perdre du temps », ajoute-t-il, la première dose dont elles avaient réussi à bénéficier étant devenue inutile faute de seconde injection.

L’incident a été rapporté aux autorités locales, mais les deux femmes, en réalité âgées de 44 et 34 ans, n’ont pas été arrêtées. Leur nom a cependant été signalé dans le « logiciel de vaccination » afin qu’elles ne puissent accéder au vaccin contre le Covid-19 que lorsqu’elles y auront été autorisées.

Déterminer s’il y a eu des manquements

La question se pose désormais de savoir comment ces deux femmes ont pu obtenir une première dose de vaccin.

« Il va falloir éclaircir des choses, notamment vérifier si elles ont vraiment été vaccinées par nous, quand elles l’ont été et ce qu’il s’est passé, à quelle date et à quelle heure, et s’il y a eu des manquements, des failles dans le dispositif », détaille Raul Pino.

Selon lui, il est fort probable qu’elles aient bénéficié de la complicité d’une personne travaillant sur le site. Le directeur du département de la santé de Floride dans le comté d’Orange a d’ailleurs indiqué avoir renforcé la sécurité du centre de vaccination.

« Nous avons constaté une hausse du nombre d’incidents étranges. Nous avons également remarqué des gens suspects, qui surveillent le site. C’est pourquoi nous avons demandé des renforts de sécurité et installé des caméras et d’autres dispositifs de surveillance dans la salle des vaccins », conclut Raul Pino. Lire à partir de la source….